La place publique

La place publique est le cœur du village, c’est le lieu privilégié des rencontres au début du XXe siècle. L’église, la mairie, les écoles et les commerces (café, boulangerie, épicerie, repasseuse de coiffes, sabotier, cordonnier, cycles et armes, etc.) se resserrent autour de cette place. Elle est disproportionnée par rapport au village, comme celle de Lézardrieux, car elle doit accueillir les marchés agricoles comme le marché aux choux à Saint-Pol-de-Léon, et les foires aux bestiaux (parlement de Bretagne à Rennes). Elle est également le lieu des festivités telles que les bals, pardons, Fest-Deiz. Elle est en terre battue. Le marché des lices, par exemple, quoique moins fréquenté pendant un temps avec le développement des supermarchés, est encore aujourd’hui un lieu de convivialité et d’animation de la ville.

La ville et le bourgPlace des Lices n°0, Rennes
Dans la moitié du 20ème siècle
Charrettes, parasols, cabanettes et étales rudimentaires font l'ambiance particulière du marché au début du 20ème siècle.

Auteur inconnu © Archives départementales d'Ille et Vilaine, fonds 6 FI, droits réservés

La ville et le bourgPlace des Lices à Rennes n°1, samedi, 5h30
2012
La place des Lices est encore dans la pénombre éclairée par les lampadaires. Les étales du marché sont quasi-prêts, les marchands finissent leurs préparatifs.

Caroline Guittet © Laboratoire ESO-Rennes, droits réservés
Chavagne n°1: Description de la localisation d'une maison en sortie de bourg Ambiance sonore de la place des Lices à Rennes n°1, samedi, 5h24
2012
Cette captation explore les sonorités durant l'installation du marché des Lices : échanges entre marchands, préparation des étales, etc.

Caroline Guittet © Laboratoire ESO-Rennes, droits réservés

La ville et le bourgPlace des Lices à Rennes n°2, samedi, 12h05
2012
La vue des étales du marché est obstruée par un groupe de danseurs de salsa.

Caroline Guittet © Laboratoire ESO-Rennes, droits réservés
Chavagne n°1: Description de la localisation d'une maison en sortie de bourg Ambiance sonore de la place de Lices à Rennes n°2, samedi 12h00
2012
Le marché de la place des Lices en pleine activité sous les cloches de midi : brouhaha des passants, musique de rue, discussions, achalandage, etc.

Caroline Guittet © Laboratoire ESO-Rennes, droits réservés

La ville et le bourgPlace des Lices à Rennes n°3, samedi, 16h45
2012
Après le marché, les cafés installent leurs terrasses couvertes pour protéger leurs clients de la pluie. .

Caroline Guittet © Laboratoire ESO-Rennes, droits réservés
Chavagne n°4:Témoignage oral sur l'ambiance sonore de la sortie de bourg Ambiance sonore de la place de Lices à Rennes n°3, samedi 16h30
2012
Le marché est fini, la vie rennaise reprend son cours avec le brouhaha des terrasses de café, les discussions des passants et la circulation automobile.

Caroline Guittet © Laboratoire ESO-Rennes, droits réservés

« Depuis des temps fort anciens, le mercredi et le samedi, le marché se tient sur cette place-là, qui s’est peut-être autrefois appelée place de la Mairie mais que j’ai longtemps connue sous le nom de place du Général de Gaulle. C’est une grande place rectangulaire sur un des côtés de laquelle de même que la mairie, s’élèvent notre vieille cathédrale et, en face, notre préfecture qu’on ne reverra plus puisqu’on vient de la détruire pour la remplacer par une préfecture toute flambant neuve et qui ressemble à s’y méprendre à l’une de ces constructions que les petits enfants édifient avec des cubes reçus des mains du père Noël. Au fond de la place, dans un coin, était autrefois l’évêché ; aujourd’hui ce sont les services des Ponts et Chaussées. Du dernier côté qui ferme la place se trouve la Banque nationale de Paris dont il y a bien peu de risques à parier qui ni mon père ni mon grand-père n’avaient jamais su ce à quoi cela servait. »

Extrait de  « L'herbe d'oubli » de Louis Guilloux, Gallimard, Paris, 1984.

Louis Guilloux décrit l'évolution de la place de la marie à Saint-Brieuc.

À partir des années 1960-1970, et avec la démocratisation de la voiture, la place est aménagée pour recevoir les voitures, elle est alors goudronnée et subdivisée en places de parking. Dans le même temps, le milieu agricole développe ses propres structures de vente (marché au cadran, etc.). À Ploeuc-sur-Lié ou à Rennes, le changement est probant, l’aménagement de la place répond aux besoins en stationnement. Les superettes s’implantent à l’entrée du bourg faisant concurrence aux commerces de la place. Certains vont fermer, d’autres s’installent dans une zone plus stratégique. Quelques commerces persistent comme la boulangerie ou encore le café.

À partir des années 1990, les communes souhaitent revaloriser leur centre-bourg. La place publique reçoit des travaux d’embellissement : le réseau électrique aérien est enfoui, du mobilier tel que des bancs, de nouveaux candélabres sont installés, les places de parkings sont diminuées au profit de plantations d’arbres et d’espaces pour les déplacements doux. On peut constater les aménagements conséquents de la place de Saint-Avé transformant totalement son aspect. La place de Guerlesquin, commune du Parc Naturel Régional d’Armorique, témoigne d’une harmonisation entre le minéral et le végétal.

Des ornementations végétales, comme sur la place de l’église de Plédran, apportent de la couleur et de l’harmonie à l’ensemble. Avec une volonté de redynamisation du bourg, des commerces de proximité s’implantent également sur la place publique. Les trottoirs sont réaménagés. Certains centres-bourgs deviennent piétons pour favoriser les rencontres entre les habitants. La place publique est un espace privilégié pour animer le village et offrir des moments de convivialité entre tous.

La ville et le bourgGausson n°1
1996
Le réseau aérien est très marquant sur cette place. Face à l'église, un monument aux morts est érigé.

Thibaut Cuisset © Observatoire photographique national du paysage / Ministère – Itinéraire n°5: CAUE 22 – droits réservés
La ville et le bourgGausson n°2
2000
Le réseau aérien est effacé. Il est en partie enterré et parfois en façade.

Max Grammare © Observatoire photographique national du paysage / Ministère – Itinéraire n°5: CAUE 22 – droits réservés
La ville et le bourgGausson n°3
2003
L'ensemble du centre bourg a fait l'objet d'une opération de réhabilitation. Le monument aux morts est déplacé laissant place à des escaliers marquant l'entrée de l'église. À gauche, des places de parking ont été aménagées. Le sol est marqué par différents matériaux ordonnant l'espace. Des arbres et un massif fleuri « embellissent » la place.

Max Grammare © Observatoire photographique national du paysage / Ministère – Itinéraire n°5: CAUE 22 – droits réservés

© Laboratoire ESO / Université Rennes 2 - 2013